Chacun son chemin

Chacun son cheminJ’aime bien la représentation métaphorique que la vie serait comme un chemin avec des hauts, des bas, des embuches et des opportunités, cela permet d’avoir une meilleure compréhension sur ce qui arrive et à prendre les évènements de façon plus philosophique.

Ainsi on peut imaginer que chacun suit son chemin depuis la naissance jusqu’à la mort et que sur ce chemin on découvrira plein de trucs, bons ou mauvais, pour nous faire passer le temps. Tant mieux d’ailleurs car sinon la vie serait très monotone !

Le chemin pourra donc être tantôt beau et tantôt moche. On y trouvera aussi des arrêts, des carrefours, des bifurcations, des montées des descentes, des aires de repos et des relais fleuris…

Vous me suivez ?

Au Stop à l’intersection, il faudra mettre un terme aux abus et aux situations qui ne sont plus satisfaisantes faute de quoi on ne pourra pas repartir sans se faire percuter.

A la bifurcation, il faudra faire rapidement des choix judicieux, en tout cas d’autres que ceux qui avaient déjà été tentés et qui ne menaient que vers des impasses.

Dans l’impasse, il faudra en sortir car on ne peut plus y avancer.

Les montées représentent les efforts à fournir et les épreuves à surmonter pour réussir à poursuivre son chemin. Certains resteront en bas de la côte sans plus fournir le moindre effort ou désir de remonter la pente et ce jusqu’à la fin de leur vie.

Les nids de poules et les obstacles sont les pièges tendus et les mauvaises rencontres qui servent à nous ralentir ou nous empêcher de parvenir à nos buts.

Les descentes servent à nous rappeler les méchancetés et les injustices que l’on a commises.

Les auberges sont les opportunités à saisir pour vous permettre de récupérer et de repartir sur un chemin plus beau et plus facile.

Sur leur chemin, certains abandonneront pour d’obscures raisons les gens qui les aimaient et avec qui ils devaient cheminer, ceux-ci finiront seuls ou mal accompagnés. Ceux qui auront été abandonnés sur le bord du chemin devront attendre que l’on revienne les chercher ou que l’Univers dessine une autre route pour eux.

Bien sûr, il faudra respecter quelques règles essentielles sur le chemin de sa vie et jamais se décourager pour ne pas se retrouver un jour dans un mur !

Copyright 2016

Apprendre à se relaxer ou passer directement aux anxiolytiques ?

Plusieurs études ont été menées dans divers pays européens sur les maladies dues au stress et leurs effets sur la société et les chiffres qui en ressortent sont tout à fait inquiétants. En Allemagne, le nombre des dépressions ou de Burn-out a été multiplié par 7 entre 2004 et 2011. Au Luxembourg, une personne sur deux prend des somnifères pour pouvoir dormir. En France, on ne connaît pas bien les chiffres car la dernière étude officielle date de 2005, mais on sait toutefois que les français sont les champions du monde de la consommation de médicaments psychotropes !

Pourquoi et comment on en est arrivé là ? Tout d’abord par l’absence et le manque de culture sur le sujet. Si l’on apprenait aux enfants à respirer et à se relaxer dès l’école primaire et si l’on expliquait aussi aux adultes qu’ils peuvent gérer eux-mêmes leurs degrés de stress, d’anxiété et d’émotion avant d’en souffrir, on n’en serait pas là !

Au lieu de cela, les gens vont naturellement là où c’est facile ! Ils commencent par boire un coup le soir en rentrant du boulot, puis comme leur mal-être empire, ils vont voir un médecin car c’est remboursé par la « sécu ». Dès lors et comme ils estiment qu’ils n’ont pas à payer pour leur santé, le médecin ne peut naturellement pas les aider autrement qu’en leur prescrivant d’abord, un anxiolytique ou un somnifère, puis ensuite un antidépresseur. Plus tard, le médecin devra les envoyer chez un confrère psychiatre qui interviendra de toute façon trop tard car ce spécialiste n’est remboursé, en France, qu’en cas de trouble psychique avéré !

Quand on en est arrivé à ce stade, on ne peut plus travailler et on ne peut plus prendre une bonne décision pour soi même ou sa famille ! En outre, on constitue une charge qui coûte énormément d’argent à la société.

Quel gâchis ! Il y avait pourtant d’autres choses à tenter avant de mettre le doigt dans cet engrenage, cela est scientifiquement prouvé !

On commence toujours par dire ce qui ne va pas, ensuite on cherche des solutions pour améliorer sa condition, puis il faut opérer les changements qui s’imposent quand vous ne supportez plus une situation en particulier. En parallèle, il faut faire de l’exercice physique et choisir une méthode de relaxation qu’il faut pratiquer au moins une fois par semaine dans les périodes où on se sent mal.

Les psychanalystes sont d’accord pour dire que les méthodes de relaxation sont les plus efficaces pour prévenir les risques psychosociaux et améliorer le bien-être, mais elles ne sont pas remboursées par les assurances et les caisses de maladie en France.

Ceci est franchement à méditer par les responsables de l’assurance maladie, lorsque l’on sait qu’en Suisse plusieurs méthodes de relaxation sont prises en charge (la sophrologie en particulier) et que le taux de malades y est inférieur de 45 % par rapport à la France.

A quoi on sert sur la Terre ?

On s’est tous au moins une fois demandé « mais à quoi je sers sur Terre ? »

A quoi on sert sur la Terre ?

Dans l’éventualité où vous auriez un doute sur votre raison d’exister, sachez que tout le monde a sa place dans l’univers…

On existe pour aimer, ou être aimé, accomplir une tâche, faire un travail, transmettre son savoir ou ses compétences, aider les autres, soutenir et réconforter les plus faibles, élever ses enfants, sauver des vies, changer les choses, découvrir, chercher, inventer, créer, écrire, divertir, faire le bien, faire le mal…

Vous voyez bien que vous servez ou que vous avez servi à faire une ou plusieurs choses dans votre vie !

Vous comprendrez aussi que sans les autres vous auriez fort peu de raison d’être car vous ne pouvez exister que pour et à travers les autres. Alors, il faut prendre garde à ne pas trop tourner votre attention sur vous même et vous rendre malade de ne pas avoir la vie dont vous rêviez ou vous plaindre constamment de votre condition car, vous pourriez ne pas trouver le sens de votre vie et vous pourriez même passer à côté des bonnes choses qui vous étaient réservées…

Trois méthodes pour gérer son stress au cours d’une journée

Réduire le stress au bureau

Lorsque vous êtes assis depuis un moment à votre bureau, il est nécessaire de faire une pause de temps en temps afin de libérer les tensions musculaires et nerveuses. Pour cela vous pouvez ouvrir une fenêtre, puis marcher dans la pièce en réalisant quelques mouvements avec vos bras et en respirant bien. Faîtes cela quelques instants et vous verrez que rapidement vous ne pourrez plus vous en passer.

Résister au stress en mangeant

Vous pouvez aussi améliorer votre résistance au stress avec des aliments et des compléments alimentaires. Faîtes une cure de magnésium pendant un mois au moins une fois par an. Demandez à votre médecin un complément de vitamine D (en déficit chez 80 % des français). Vous pouvez aussi cuisiner avec de l’huile de colza car elle est riche en oméga 3, l’huile d’olive est également intéressante. Mangez davantage de fruits secs, noix, amandes, abricots, pruneaux…

Réduire son stress en 5 minutes

Si vous êtes un peu énervé, faites une petite séance de cohérence cardiaque. C’est une méthode très simple à apprendre et qui est très efficace lorsque vous l’utilisez régulièrement.
Il s’agit de respirer avec un rythme de 6 cycles respiratoires par minute ce qui va permettre à votre organisme de rentrer en cohérence. Pour plus d’info, cliquez ici.           5 minutes de cohérence cardiaque vous apporteront entre 5 et 6 heures de détente.

Instructions :

  • Inspirez durant 5 secondes
  • Expirez durant 5 secondes
  • Refaites ce cycle 30 fois, soit durant 5 minutes.

Sur mon site, vous pouvez télécharger une formation gratuite en cohérence cardiaque qui contient des fichiers MP3 cela vous permettra facilement de suivre le rythme des expirations et des inspirations sans avoir besoin de compter ou regarder sa montre.

Avec cet article, je participe à l’évènement interblogueurs « 3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien ». Cet évènement est organisé par Habitudes Zen. Si cet article vous a plu, votez pour lui en cliquant sur ce lien : j’ai aimé cet article!

Mettre un terme aux hostilités

Mes clients et ceux qui participent à mes formations, me demandent toujours comment pouvoir mieux gérer les relations insatisfaisantes auxquelles ils sont confrontés.

Mettre un terme aux hostilités

Les histoires sont toujours les mêmes, principalement c’est, «Je ne m’entends pas avec un collègue avec lequel je suis en poste…», «Je ne supporte pas ma belle famille…», «Je n’aime plus mon conjoint et nous n’avons plus le moindre respect l’un pour l’autre…», «Mes voisins me rendent la vie impossible…». Beaucoup de gens prennent cela philosophiquement, mais d’autres le vivent très mal au point qu’une mauvaise relation peut devenir leur principale source d’ennuis !

Donc là pour répondre il y a deux solutions. La première qui est, on fait «avec» ou «on compose» mais cela ne durera qu’un temps, car ce qui est négatif le restera et tout ce qui est négatif est mauvais pour l’être humain.

La deuxième solution, qui est selon moi franchement la meilleure pour conserver une bonne santé mentale, est naturellement de mettre un terme aux oppositions qui vous perturbent et vous affaiblissent.

Si votre collègue de boulot prend des airs paternalistes avec vous et qu’il se met à vous reprocher vos petits retards ou qu’il critique vos dépenses excessives… Mon conseil, parlez en à votre patron et demandez à changer de poste !

Si votre belle mère vous prend pour un nul et qu’en plus elle en a marre de vous voir tous les dimanches à sa table car elle trouve aussi que vous mangez comme un cochon… Mon conseil, refusez poliment ses invitations, après tout vous avez mieux à faire chez vous !

Si votre femme ne vous tolère que pour le confort que vous lui apportez ou que votre mari en aime une autre… Mon conseil, quittez votre conjoint cela vous rendra disponible pour une nouvelle relation plus saine et harmonieuse !

Si vos voisins se disputent tous les soirs et qu’en plus ils ne cuisinent que des trucs qui puent… Mon conseil, cherchez un logement ailleurs !

C’est simple, si vous ne supportez plus quelqu’un ou une situation, il vous faut l’éviter, c’est tout !  Bien sûr cela nécessitera une action de votre part, mais agir c’est le seul moyen d’arrêter de subir passivement.

Porter de l’attention aux enfants

On distingue deux formes d’attentions que l’on peut porter à ses enfants, l’une dite « positive » et l’autre « négative ».

L’attention positive c’est par exemple, sourire à son enfant, le câliner, l’embrasser, le porter, lui tenir la main, lui parler, l’écouter, le respecter, l’encourager, le féliciter, le consoler, le rassurer, l’accompagner, le surveiller, veiller à ce qu’il ne manque de rien, lui faire des gâteaux, lui préparer les choses qu’il aime bien manger, lui proposer des activités, être attentif à d’éventuels changements chez lui…

L’attention négative c’est hurler sur son enfant, le disputer, le subir, l’ignorer, le dévaloriser, le critiquer, le soumettre, lui faire du chantage, tout lui interdire, l’empêcher de s’exprimer, lui dire des horreurs, le frapper, le punir pour rien, l’abandonner et le laisser sans surveillance, se décharger de lui auprès des crèches, nounous ou grands parents, cantines ou études alors même qu’on ne travaille pas…

Si vous avez bien compris la différence entre l’attention positive et la négative, ce qu’il faut retenir c’est qu’elles restent « des attentions » que portent des parents à leurs enfants. De fait un enfant qui se sent délaissé va provoquer volontairement une attention négative chez ses parents et ce dans le seul but d’obtenir enfin de l’attention de leur part, car pour lui une attention négative c’est mieux que rien !

Bien entendu les enfants qui auront reçu beaucoup d’attention positive seront plus heureux, plus confiants, mieux guidés, plus sûrs d’eux, plus curieux et en définitif, mieux armés pour affronter et réussir leur future vie d’adulte.

Malheureusement ceux qui auront reçu beaucoup d’attention négative seront difficiles à comprendre, têtus, colériques, irrationnels, inconstants, incapables de se projeter dans l’avenir, ils pourront se sentir perdus ou incapables d’y arriver, dès lors ils pourraient facilement baisser les bras et se laisser aller vers la marginalité.

On ne détient rien dans la vie de plus précieux qu’un enfant. Ceux qui n’en sont pas convaincus ne devraient tout simplement pas en avoir.

La sophrologie permet aux gens qui ont subi des maltraitances dans leur enfance de reprendre confiance et de laisser les épisodes douloureux derrière eux.

Eviter les émotions négatives

Six EmotionsAu cours de nos journées nous sommes amenés à vivre, à voir ou à entendre l’ensemble des évènements ou des situations qui se produisent autour de nous et ce, que l’on en soit l’auteur ou le spectateur. Notre cerveau perçoit et enregistre toute cette activité et cela crée pour nous des émotions positives ou négatives.

Pas besoin d’être devin pour comprendre que les émotions positives sont bonnes pour notre esprit et que les émotions négatives ne le sont pas ! Pourtant j’ai souvent été étonnée par le nombre des mes clients qui « cultivaient » les émotions négatives et c’est la raison pour laquelle je voulais vous en parler aujourd’hui.

Les émotions négatives sont partout, dans les journaux qui sélectionnent les pires catastrophes, dans les émissions qui montrent des images choquantes, dans les récits à la Zola, dans les films et les chansons tristes, dans nos relations insatisfaisantes, dans nos échecs, dans nos attentes, etc. On ne peut pas toujours y échapper mais il faut les éviter le plus possible, c’est très sérieux !

Je me souviens d’une de mes clientes qui se sentait soudainement très déprimée après avoir vu un film très triste qui retraçait un épisode barbare de la dernière guerre mondiale. Devant le réalisme des images, elle s’est trouvée comme transportée dans l’évènement, incapable de réaliser qu’il était fini depuis plus de 70 ans. Nous avons fait 4 ou 5 séances de sophrologie ensemble et elle m’en a beaucoup parlé avant enfin d’aller mieux.

Bien entendu tout le monde n’est pas aussi sensible, mais si vous voulez vous sentir mieux cherchez à vous créer des émotions positives car elles sont bonnes pour la santé et le moral !

Le pouvoir de diriger sa vie

Prendre soi-même ses décisionsChaque individu dispose de plusieurs libertés que l’on ne peut pas lui retirer comme par exemple, la pensée, les choix, le passage à l’action, les préférences, les envies, les changements, etc…, ceci représente ce qu’on appelle plus communément, le libre arbitre.

Le libre arbitre c’est un droit immatériel et inaliénable que chacun détient pour lui et il permet normalement à chaque individu de pouvoir diriger sa vie comme bon lui semble… En fait en théorie, car en réalité beaucoup de gens ont perdu le pouvoir de diriger leur vie !

Comment ? Assez facilement en fait ! Par exemple une personne qui a pour habitude de soumettre ses actions et décisions à l’approbation des gens qui l’entourent perd automatiquement son pouvoir de diriger sa vie. Pire encore cette personne ne pourra en finalité que faire ce que les autres veulent bien qu’elle fasse… pour eux, bien entendu !

Cela s’applique partout, par exemple, une relation ne sera possible que si l’élu du cœur plait aux parents, l’arrivée d’un nouvel ami sera soumise à l’acceptation des vieux amis, les choix politiques seront dictés par le conjoint, on ne s’opposera pas à la mauvaise gestion d’un associé, on sera infantilisé ou dévalorisé par les membres de sa propre famille, l’autorité parentale pourra être monopolisée par un seul des parents, la séparation d’un couple sera soumise à l’accord des enfants, on ne servira pas de légumes à table car les enfants n’aiment pas, on roulera dans une auto que l’on a pas choisi, on vivra avec des meubles qui ne nous plaisent pas, etc…

Pourquoi certains laissent aux autres la possibilité de diriger leur vie à leur place ? Pourquoi renoncent-ils volontairement à ce pouvoir pour le confier à n’importe qui d’autre à leur place ? Probablement à cause d’un grand manque d’assurance et par peur qu’on les apprécie moins, pourtant si ces gens prenaient eux-mêmes leurs décisions, ils reprendraient rapidement confiance en leurs capacités innées de faire les bons choix (comme l’intuition) et ils seraient plus estimés et non plus manipulés par les autres.

Vivre au présent

On a parlé récemment dans plusieurs magazines sur le sujet, « Vivre au présent… » Cela m’a donné naturellement l’envie de vous faire part de mon point de vue à ce propos !

L'investissement de toute une vie n'en vaut pas toujours la peine !

Selon moi vivre au présent c’est faire, dans un premier temps, table rase du passé pour ne garder que les bons souvenirs et ne conserver que les enseignements que l’on a pu tirer des expériences vécues.

Ensuite, vivre au présent c’est être attentif, disponible pour les nouveautés, saisir les opportunités, tenter sa chance, observer, agir, avoir confiance, profiter au maximum des bons moments, ne pas renouveler les expériences désagréables et mettre un terme aux relations qui ne sont plus satisfaisantes.

La plupart des gens ne vivent pas au présent, ils pensent qu’ils seront plus heureux plus tard, quand par exemple ils auront fini de payer leur maison, de payer leur voiture, quand les enfants auront fini leurs études, lorsqu’ils auront de l’avancement, ou encore lorsqu’ils trouveront l’amour ! Ainsi ils conditionnent leur bonheur à une échéance future et ils se privent naturellement de vivre heureux l’instant présent !

Pourtant raisonnablement, on peut se dire que quand la maison sera payée il faudra refaire un crédit pour y faire les réparations qui s’imposent, aussi que cette maison sera devenue trop grande quand les enfants seront partis et qu’ils n’auront pas voulu faire d’études, que la promotion tant attendue apportera plus de soucis et peu de rémunération et que quand l’amour apparaîtra soudainement on ne sera pas prêt à le recevoir puisque l’on ne vit pas dans le présent !

Bien sûr il faut penser et préparer l’avenir, mais il ne faut pas que cela empêche la réalisation du potentiel de bonheur, de chance et de réussite que chacun détient.

La vie c’est ici et maintenant !

 

Les lois de l’esprit

Vous l’ignorez sûrement mais votre esprit peut vous permettre d’atteindre vos objectifs et de réaliser vos rêves. A l’inverse, il peut vous placer dans des situations de blocages et d’insatisfactions.

Pourquoi ? Parce que votre esprit est régi par deux grandes lois,

La loi de l’effort inverse : Ce à quoi vous résistez, persiste. C’est-à-dire que si vous vous sentez pauvre, vous resterez pauvre. Dès lors, si vous souhaitez avoir quelque chose afin de vous sentir d’une certaine manière, vous sentir de cette manière est le meilleur moyen de l’obtenir plus rapidement.

La loi de l’attraction : Vous obtenez davantage dans votre vie lorsque vous vous concentrez régulièrement sur votre attention et que votre attention est tournée vers ce que vous voulez.

Avez-vous déjà remarqué que si vous pensez à une personne que vous n’avez pas vue depuis longtemps, vous la croisez soudainement. Ou que si vous voulez changer de voiture ou de chaussures vous voyez partout ce type d’auto ou ce modèle de chaussures ? Comment l’avez-vous expliqué ?

En fait l’esprit est comme un aimant et lorsque nous portons une attention toute particulière à quelque chose nous l’attirons vers nous.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, notre esprit a la possibilité d’attirer les événements, les choses ou les personnes dans notre vie !

Si vous vous concentrez sur le positif de la vie vous l’attirerez vers vous et vous serez considéré comme chanceux. Si vous vous concentrez sur la richesse potentielle qui existe vous en obtiendrez davantage ! C’est donc vous qui créez votre propre chance !

A l’inverse, si vous centrez votre attention sur la pauvreté et le manque, vous aurez tendance à les attirer dans votre vie. L’homme est le reflet de ce qu’il pense pour lui-même.

Que vous choisissiez ou non de croire dans la loi de l’attraction, il est intéressant de noter que beaucoup de personnes qui connaissent le succès y croient fermement !