Pourquoi avoir peur de vivre ?

Pourquoi avoir peur de vivre

Je me rends compte que les gens ont peur de tout, ils n’osent rien faire de leur vie. Ils ont peur de vivre et de mourir… Ils pensent, à quoi ça sert de vivre puisque l’on doit mourir ?

Donc ils refusent d’avancer, de changer, de progresser, d’agir, de saisir leur chance, de prendre des risques, d’être lucides, d’être heureux, d’aimer, d’aider, de gagner, de perdre, de faire, de penser, d’admettre la réalité telle qu’elle est… Ils entretiennent des schémas plombants et aliénants car ils ont peur !

Inutile de se compliquer la vie, ce qui doit arriver est déjà arrivé ou arrivera !

Pour ma part je ne comprends pas ces gens qui souhaitent vivre le plus longtemps possible tout en chiant dans leur froc et ce sans développer la moindre ambition de réussir leur longue vie !

Moi je n’ai pas peur, j’ai frôlé la mort à plusieurs reprises et j’ai compris que si je suis vivante c’est parce que l’univers a encore prévu des trucs pour moi, j’ai confiance…

J’ai notamment survécu à une collision frontale, j’ai été électrocutée par la foudre dans ma douche, le portail du dépôt de mon père m’est tombé dessus alors que je voulais libérer notre chien, je me suis rattrapée par miracle d’un début de chute que j’ai fait dans une falaise de plusieurs dizaines de mètres, j’ai chopé la varicelle à 35 ans, ma voiture est partie en aquaplaning sur l’autoroute entre les camions, mon premier conjoint (un fou furieux sous l’emprise constante de cocaïne) voulait régulièrement me tuer, une énorme branche pourrie est tombée à quelques centimètres de moi au jardin botanique, un motard est venu me percuter… Et d’autres accidents encore… Bref, la vie ne tient qu’à un fil et elle peut s’arrêter à chaque instant.

Ce simple constat m’a permis de décider pour moi-même de faire des choses que peu de gens auraient le courage de faire. Vous en doutez ? J’ai déjà changé complètement ma vie, je suis partie vivre au Canada, j’ai abandonné mes parents et mes amis, j’ai renoncé à mes biens, à mon entreprise florissante, à mon travail et à mon argent… Comme ça sur une simple intuition que j’en avais fait le tour.

Et maintenant ! Je ne regrette rien car si j’avais hésité, je n’aurais probablement pas eu mes deux enfants qui ont donné du sens à ma vie. Je sais bien que je peux refaire ce que j’ai réussi dans le passé et je suis bien décidée à saisir les rares opportunités qui se présenteront à moi avant ma mort, même si cela m’oblige à quelques sacrifices car je n’ai pas peur de vivre ni de mourir.

Peu importe la durée de la vie et la façon dont on meurt, ce qui compte c’est tout ce qu’on a fait pour vivre intensément avant de mourir !

Pourquoi reçoit on du mépris ?

le mépris

Tout au long de notre vie nous recevons des marques de mépris, comme ça, pour rien et ce aussi bien de gens proches ou même de parfaits étrangers. Cela est compréhensible lorsque l’on est effectivement méprisable, mais on ne comprend pas pourquoi nous pouvons être maltraités et rejetés alors que nos attentions sont bonnes, notre esprit ouvert et nos idées correctement dirigées.

Cela vous est arrivé et vous l’avez mal pris ? Ne vous tracassez pas outre mesure car ce n’était pas de votre faute et vous ne l’aviez pas mérité.

Reste à savoir pourquoi une personne en méprise une autre ? Selon moi il y a de nombreuses hypothèses et je vais vous en faire partager certaines ci-dessous :

  • Vous avez affaire à un individu très bête… Comme la méchanceté et la bêtise sont étroitement liées, il est naturel que cet individu soit également méchant.
  • Vous êtes mieux à tous les points de vue que votre interlocuteur et il en a pris conscience, dès lors il préfère vous évincer directement.
  • Vous êtes en face d’une personne « mauvaise comme la gale », mauvaise donc médiocre, à éviter soigneusement !
  • Les minables sont si démunis qu’ils n’ont que du mépris à offrir !
  • Votre interlocuteur n’a reçu aucune éducation et ne dispose d’aucun repère ou modèle pour évoluer en société.
  • Vous avez affaire à une personne simplement énervée et stressée, après coup elle se rendra compte qu’elle s’est couverte de ridicule envers vous et si elle doit vous revoir elle cherchera probablement à s’excuser.
  • Vous êtes en présence de quelqu’un qui consomme diverses substances et cela a modifié durablement sa perception des choses.
  • Vous lui rappelez quelqu’un qu’elle déteste !
  • Vous êtes confronté à un individu qui se sent nettement supérieur aux autres en général, peut être Dieu lui-même, mais attention pour lui quand même car l’arrogance précède la ruine et l’orgueil précède la chute, c’est bien connu !
  • On a dit du mal de vous à cette personne et elle préfère en rester là plutôt que de s’assurer par elle-même de votre valeur.
  • Votre interlocuteur ne sait pas encore qu’il aurait besoin de vous.
  • Vous êtes en présence d’une personnalité paranoïaque ou obsessionnelle et vous représentez une menace éventuelle ou une source d’ennuis pour cette personne. Elle peut s’imaginer n’importe quoi à votre propos et vous ne pourrez pas la faire changer d’avis. Seul un bon psychiatre pourra l’aider à dépasser ses idées fixes et à réviser ses jugements tranchés et erronés.
  • Vous êtes en présence d’une personnalité narcissique. L’absence de considération et de compassion sont permanents chez elle, cette personne a besoin de piétiner les gens en général, mais les gens à terre c’est encore mieux pour elle. L’individu est très dangereux et il ne changera pas. A fuir absolument !

Vous voyez, il faut relativiser tout le mépris que vous avez déjà reçu dans votre vie, il faut surtout rester attentif et garder une bonne ouverture d’esprit car si vous avez croisé souvent des mauvaises personnes, ne perdez pas de vue que de temps en temps le hasard placera sur votre chemin des gens altruistes qui pourront vous aider et qui sauront vous apprécier à votre juste valeur.

Action ou contemplation ?

Savez-vous quelle est la différence entre l’action et la contemplation ?

La contemplation c’est l’immobilisme. Le contemplatif observe et admire l’environnement, des objets ou des individus et cela sans jamais rien tenter pour se les approprier ou s’en rapprocher car il pense que ce n’est pas fait pour lui mais pour d’autres.

L’action c’est le mouvement. L’actif sait ce qu’il veut, il sait ce qui est bon pour lui, il a des envies et des projets et il mettra tout en œuvre pour les atteindre et y accéder rapidement.

Le contemplatif regarde les vitrines sans entrer dans les magasins, il regarde les gens qui l’attirent sans oser les approcher, il vit au-dessous de ses moyens, il est rompu à la frustration et au manque, probablement conditionné depuis l’enfance au renoncement… Triste vie ! Mais heureusement pour lui tout peut encore s’arranger si le contemplatif décide de changer et de se prendre en main pour enfin parvenir à s’estimer lui-même.

Celui qui se situe dans l’action a horreur de la médiocrité, il déteste stagner et perdre son temps, il a défini ce qui est nécessaire pour lui et il agit pour l’obtenir, il est confiant, il n’a pas peur d’exprimer ses sentiments, il sait saisir sa chance, il rebondit sur ses échecs car il a toujours des projets… Bref, il a tout compris !

Et vous, où vous situez vous ?

Qu’attendez vous vous appuyer sur le bouton « action » ?

A quoi on sert sur la Terre ?

On s’est tous au moins une fois demandé « mais à quoi je sers sur Terre ? »

A quoi on sert sur la Terre ?

Dans l’éventualité où vous auriez un doute sur votre raison d’exister, sachez que tout le monde a sa place dans l’univers…

On existe pour aimer, ou être aimé, accomplir une tâche, faire un travail, transmettre son savoir ou ses compétences, aider les autres, soutenir et réconforter les plus faibles, élever ses enfants, sauver des vies, changer les choses, découvrir, chercher, inventer, créer, écrire, divertir, faire le bien, faire le mal…

Vous voyez bien que vous servez ou que vous avez servi à faire une ou plusieurs choses dans votre vie !

Vous comprendrez aussi que sans les autres vous auriez fort peu de raison d’être car vous ne pouvez exister que pour et à travers les autres. Alors, il faut prendre garde à ne pas trop tourner votre attention sur vous même et vous rendre malade de ne pas avoir la vie dont vous rêviez ou vous plaindre constamment de votre condition car, vous pourriez ne pas trouver le sens de votre vie et vous pourriez même passer à côté des bonnes choses qui vous étaient réservées…

LA CONFIANCE

La confiance est l’une des capacités que la pratique de la sophrologie permet de développer pour tout un chacun.

Avoir confiance, c’est être comme un enfant qui ne doute pas de l’amour que ses parents lui portent, car la confiance est un sentiment de sécurité vis-à-vis d’une situation, de quelque chose ou de quelqu’un.

Premièrement, la confiance dans les relations humaines nous permet d’être reliés et sans confiance il ne peut pas exister de relation véritable. Que ce soit dans le domaine sentimental, conjugal, familial, professionnel, social, tout se bâtit sur la confiance, sans elle rien ne peut se construire. On ne peut naturellement pas vivre ou travailler sereinement avec quelqu’un dont on se méfie, ce serait comme « avoir un loup dans la bergerie ».

Ensuite, il faut avoir confiance en soi car la confiance permet à l’individu d’avancer, de grandir, de s’épanouir et de donner le meilleur de lui-même, d’où l’intérêt de développer ce sentiment tout au long de sa vie.

Enfin, pour la confiance en l’avenir… Je dirais que si vous avez confiance en vous-même et que vous êtes entouré de gens en qui vous avez confiance, la réussite pour le futur vous est acquise car la confiance produit une énergie fabuleuse. Elle génère l’audace, l’enthousiasme, l’efficacité, le bon sens et elle vous permet de résister aux frustrations et contrariétés. Donc sans confiance, vous ne pourrez jamais aller bien loin.