Méditation pleine conscience au travail ?

Depuis quelques mois on apprend dans les magazines et journaux, qu’une nouvelle méthode anti-stress est pratiquée partout aux Etats-Unis, dans toutes les entreprises, un truc révolutionnaire, formidable, qui libère toutes les tensions sur les lieux de travail…. La méditation pleine conscience !

Du coup, je m’y suis intéressée et vous savez quoi ? La méditation pleine conscience c’est la base (de la base) de la sophrologie Caycédienne. C’est-à-dire que la pleine conscience c’est de la « relaxation dynamique du cycle 1 de la sophrologie » que l’on pratique assis ou debout et qui correspond au 1er niveau de relaxation en sophrologie qui en compte douze à ce jour.

Ensuite je me suis demandée comment sont formés les gens qui proposent de faire de la méditation pleine conscience et existe t-il des protocoles comme nous en avons en sophrologie ? Parce que les sophrologues diplômés ont appris comment faire pour placer quelqu’un rapidement dans l’état sophroliminal, ce qui correspond à un état très relaxé où la substance réticulée du cerveau est au repos alors que la personne reste parfaitement consciente, mais cela s’apprend et ne s’improvise pas !

Naturellement c’est bien de parler de cette méthode de relaxation car il est prouvé et reconnu par la communauté scientifique que les méthodes de relaxation sont les plus efficaces pour traiter les problèmes liés au stress et à l’anxiété, mais à ce jour elles ne sont pas prises en charge par la sécurité sociale. Alors pourquoi seraient-elles proposées gratuitement par les entreprises pour les salariés ? Il n’y a pas de budget et pas de temps pour cela dans les entreprises malgré les obligations faites à l’article Art. L4121-4 du Code du Travail. Je connais fort bien cette situation puisque j’ai moi-même cherché à faire de la sophrologie dans des entreprises, sans grand succès !

De même que les gens qui souffrent beaucoup de stress ou d’anxiété, ils ne veulent pas payer pour se relaxer, ils peuvent dépenser beaucoup pour leur voiture ou leurs vacances mais ils ne veulent pas débourser le moindre argent pour leur santé !

Je m’interroge donc sur le point de savoir pourquoi les médias mettent en avant une méthode de relaxation en particulier, qui est par ailleurs déjà pratiquée et proposée en mieux par les sophrologues, car de toute façon il n’y a pas « de marché » de la relaxation en France puisqu’il n’y a pas de financement !

Je vais quand même ajouter dans les mots clés de mes sites Internet, « méditation », « pleine » et « conscience », au cas où quelqu’un chercherait une personne capable de la proposer. Mes confrères sophrologues feront de même que moi.

Apprendre à se relaxer ou passer directement aux anxiolytiques ?

Plusieurs études ont été menées dans divers pays européens sur les maladies dues au stress et leurs effets sur la société et les chiffres qui en ressortent sont tout à fait inquiétants. En Allemagne, le nombre des dépressions ou de Burn-out a été multiplié par 7 entre 2004 et 2011. Au Luxembourg, une personne sur deux prend des somnifères pour pouvoir dormir. En France, on ne connaît pas bien les chiffres car la dernière étude officielle date de 2005, mais on sait toutefois que les français sont les champions du monde de la consommation de médicaments psychotropes !

Pourquoi et comment on en est arrivé là ? Tout d’abord par l’absence et le manque de culture sur le sujet. Si l’on apprenait aux enfants à respirer et à se relaxer dès l’école primaire et si l’on expliquait aussi aux adultes qu’ils peuvent gérer eux-mêmes leurs degrés de stress, d’anxiété et d’émotion avant d’en souffrir, on n’en serait pas là !

Au lieu de cela, les gens vont naturellement là où c’est facile ! Ils commencent par boire un coup le soir en rentrant du boulot, puis comme leur mal-être empire, ils vont voir un médecin car c’est remboursé par la « sécu ». Dès lors et comme ils estiment qu’ils n’ont pas à payer pour leur santé, le médecin ne peut naturellement pas les aider autrement qu’en leur prescrivant d’abord, un anxiolytique ou un somnifère, puis ensuite un antidépresseur. Plus tard, le médecin devra les envoyer chez un confrère psychiatre qui interviendra de toute façon trop tard car ce spécialiste n’est remboursé, en France, qu’en cas de trouble psychique avéré !

Quand on en est arrivé à ce stade, on ne peut plus travailler et on ne peut plus prendre une bonne décision pour soi même ou sa famille ! En outre, on constitue une charge qui coûte énormément d’argent à la société.

Quel gâchis ! Il y avait pourtant d’autres choses à tenter avant de mettre le doigt dans cet engrenage, cela est scientifiquement prouvé !

On commence toujours par dire ce qui ne va pas, ensuite on cherche des solutions pour améliorer sa condition, puis il faut opérer les changements qui s’imposent quand vous ne supportez plus une situation en particulier. En parallèle, il faut faire de l’exercice physique et choisir une méthode de relaxation qu’il faut pratiquer au moins une fois par semaine dans les périodes où on se sent mal.

Les psychanalystes sont d’accord pour dire que les méthodes de relaxation sont les plus efficaces pour prévenir les risques psychosociaux et améliorer le bien-être, mais elles ne sont pas remboursées par les assurances et les caisses de maladie en France.

Ceci est franchement à méditer par les responsables de l’assurance maladie, lorsque l’on sait qu’en Suisse plusieurs méthodes de relaxation sont prises en charge (la sophrologie en particulier) et que le taux de malades y est inférieur de 45 % par rapport à la France.

Téléchargez mes séances de sophrologie sur ce site

Ça y est ! Après avoir reçu plusieurs demandes de la part de mes clients, j’ai enfin commencé à enregistrer mes séances de sophrologie et il est désormais possible de les télécharger au format MP3 directement dans la boutique du site.

Tous les mois j’ajouterai des séances, de sorte à ce que vous puissiez en découvrir de nouvelles régulièrement. Le but est de faire de la sophrologie car plus vous en ferez et mieux vous vous sentirez. Au début essayez de faire une séance au moins une fois par semaine, puis lorsque vous commencerez à vous sentir mieux faites une séance au moins une fois par mois. Au fil du temps vous deviendrez autonome et vous pourrez faire vous-même vos sophronisations.

Les séances que je vous propose répondent au protocole de « relaxation dynamique du 1er degré » élaboré par Alphonso CAYCEDO. C’est-à-dire qu’il s’agit de visualiser des choses positives au présent et idéalement les séances se réalisent en position assise (mais exceptionnellement vous pouvez les faire allongé, si vous préférez).

Ces séances sont inoffensives et tout le monde peut les faire y compris les enfants. Si durant la séance vous sentez une sensation désagréable dans un muscle ou une articulation, cela est normal car les tensions dues au stress sont venues s’y loger et la pratique de la sophrologie va vous permettre de les effacer.

L’entraînement sophrologique est régi par trois principes fondamentaux :

  1. L’action positive qui fait que tout vécu positif entraîne des réactions positives en chaîne,
  2. L’intégration du schéma corporel car plus la perception du corps est fine plus la capacité à la gérer est grande,
  3. La réalité objective ou suspension du jugement car l’évolution ne peut s’appuyer que sur l’acceptation préalable de la réalité telle qu’elle est.

C’est quoi le stress ?

Homme préhistorique au travail

Un homme préhistorique au travail !

Le stress est un système biologique très ancien qui, s’il était très adapté aux hommes des cavernes, ne l’est plus à l’homme d’aujourd’hui. Effectivement le stress est un phénomène qui prépare le corps à la fuite ou au combat, pour cela à chaque événement stressant le corps va secréter de adrénaline et de la cortisone afin d’accélérer le cœur et la respiration, augmenter l’attention, maintenir une tension artérielle élevée pour bien alimenter la tête et les jambes et aussi créer une  action antidouleur.

Ce système était donc très utile pour nos ancêtres qui devaient se défendre et se protéger seuls, chasser, combattre, agir rapidement, faire des migrations ou fuir en cas de danger… Seulement voilà notre système hormonal est resté le même et il se manifeste de la même façon lorsque nous sommes en retard, ou coincé dans un embouteillage, ou à notre bureau lorsque nous sommes dérangés par le téléphone, le fax, les clients (que nous ne pouvons ni supprimer ni fuir), ou aussi surchargés de travail… Le stress est donc une réponse exacerbée et inappropriée de l’organisme à notre environnement actuel. C’est  la raison pour laquelle il faut apprendre à le gérer !